L'Histoire de la famille GEORGET

La création du Cirque Georget

Le Cirque Georget est entré en piste en 1982. Un cirque familial fondé par Joël et Hélène Georget. Le menuisier magicien et la couturière, sa partenaire « à la scène comme à la ville », ont fait leurs gammes d’artistes professionnels sous le parrainage d’orfèvres, Roger Lanzac puis Alexis Gruss. En 1982 ils se sentent prêts pour créer leur propre établissement. Le Georget Family Circus a bien grandi depuis, se produisant au-delà de sa Touraine natale. Au début des années 1990, il fut parmi les premiers à faire entrer le Cirque dans les écoles, pour animer d’authentiques classes de découverte qui ont même conquis la Belgique francophone. En 2003, Hervé Georget, le fils aîné, lance le concept du « Village du Cirque de Noël » désormais accueilli à Luynes (Indre-et-Loire), chaque mois de décembre. C’est à Luynes également, en août 2012, que le Cirque Georget a installé le « Pôle européen des arts du Cirque », école de cirque ouverte à l’année, pour enfants et adultes. En 2012 et 2013, le spectacle « Jour de Fête » se conclut par un hommage à Joël Georget, trop tôt disparu en 2007. La deuxième génération, Nicolas et Hervé, a pris le relais, et la troisième effectue ses premiers pas sur la piste d’un nouveau chapiteau toujours à dimension humaine.

 Le parcours étonnant de Joël Georget

 

Vous ne le direz pas à mon mari ! » Sur la banquette de la caravane, Hélène Georget se hasarde à la confidence. « Quand je me suis mariée, j’avais horreur du cirque. Cette vie de nomades ne me plaisait pas du tout. Ça faisait voleurs de poules. » Son mari, Joël, à qui l’on rapporte (un peu honteux…) l’aveu, s’amuse doucement. L’histoire, il la connaît parfaitement. Il sait bien que sa femme n’avait jamais foulé la sciure durant sa jeunesse et n’envisageait guère de quitter les environs de Tours et sa vie sédentaire. Un jour de 1972, Joël Georget découvre une annonce dans La Nouvelle République du Centre. Un cirque recherche un animateur publicitaire pour la parade d’avant spectacle. À l’époque, le jeune chef d’atelier dans une menuiserie s’est découvert une passion pour la magie, après avoir poussé, par hasard, la porte d’un magasin d’articles spécialisés. Il a même commencé une petite carrière dans les kermesses et les fêtes de village depuis qu’un prêtre, rencontré dans un spectacle à Paris, l’a initié à l’art de faire apparaître une tourterelle dans un foulard. Pas suffisant pour convaincre Hélène de se convertir au musichall… « J’ai dit à Joël de répondre à l’annonce tout en me disant qu’il ferait chou blanc… » Quelques jours plus tard, la voilà obligée de boucler les valises : son mari a été recruté par le Cirque de la Piste d’or – dirigé par Roger Lanzac, auréolé de sa gloire télévisuelle dans « La Piste aux étoiles » – et le couple Georget prend la route pour ne jamais la quitter. Trente ans plus tard, ils arpentent toujours les nationales… avec leurs fils Hervé, Christophe et Nicolas. Trois vaillants jeunes hommes qui ont emmené leurs compagnes dans l’aventure ! Tous sont fiers de porter les couleurs du « Georget Family Circus », comme l’indique le portique à l’entrée du terrain gazonné où camions et caravanes se sont installés, à l’ombre de l’église de Champigny-sur-Veude, à quelques kilomètres de Chinon. Avec ses flammes blanc et bleu, le chapiteau ne ressemble à aucun autre. Dans un monde circassien où la passion se transmet de génération en génération, la famille Georget est unique. Elle a bien mérité de l’afficher avec une identité visuelle qui tranche sur le jaune et le rouge traditionnels. « C’est vrai, on a pas trop mal bossé », concède Joël Georget avec la pudeur des travailleurs acharnés. Bizarrement, le menuisier magicien ne voulait pas vraiment fonder son propre cirque. Formé par Alexis Gruss, il exercera, dix ans durant, ses talents de manipulateur… de cartes et d’objets tout en devenant gestionnaire de tournée. Il expérimente alors « la polyvalence indispensable » dans le métier et connaît les galères qui donnent envie de rentrer à la maison. « Parfois, il n’y avait plus de sous pour acheter du gazole »… C’est Hervé, l’aîné des garçons, qui remet de la passion dans le moteur. Premier enfant de la balle de la famille Georget, il convainc ses parents d’acheter un chapiteau.

Texte de Jean Yves Hureau

 

Reportage sur la famille Georget

Réalisé par : Jean Maurice Prin 

Ecriture et Production: Emilie Leduc  et Jean Batptiste Boursier

Pour: TVTOURS

Contact

Cirque Georget

info@cirque-georget.fr 


Téléphone : 02.47.40.91.17

Portable : 06.15.05.74.18

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Cirque Georget 2015